mai 15 05
Résumé de la séance

En session au Parlement européen

Commentaires fermés

hemi-strasbourgSession chargée au Parlement européen : 92 textes soumis au vote. L'avis du Parlement était sollicité sur les 52 rapport de décharges sur le budget européen, exécuté de manière bien chaotique et dont la Commission et le Conseil ne tiendra aucun compte. Mais aussi quelques timides avancées sur les agrocarburants et ou les sacs en plastiques jetables.

Voir mes explications de votes


mai 15 02

L’Europe des nazes

Commentaires fermés

budgetCette séance de vote au Parlement européen était folle. Soixante-sept rapports examinés en deux heures, certains sans amendements, d’autres en comportant des dizaines. La veille, c’était l’inverse : une petite séance à sept rapports ! On ne peut imaginer débat plus mal organisé. Pourtant, le président vient de se faire pointer du doigt pour avoir un cabinet pléthorique fort de 35 personnes ! On se demande à quoi elles travaillent ! Dans la masse des textes de ce jour-là, des piles de « décharges » données pour la gestion de toutes sortes de directions, sous-directions, et agences de toute sorte. Une sorte de reconnaissance de bonne gestion honnête. Un quitus. Le pouvoir de décharge budgétaire du Parlement devrait donc lui permettre de faire respecter par l'ensemble des institutions et agences européennes les engagements budgétaires pris. Il n’en est rien. La Commission comme le Conseil ne tiennent quasiment aucun compte des votes du Parlement, y compris quand il refuse la décharge, ce qui est pourtant une décision très grave. C'est un symptôme de l'impuissance démocratique du Parlement dans l'UE. Le résultat ne se fait pas attendre. Faute de contrôle parlementaire, l’exécutif use et abuse de tout.

Ainsi, le budget 2013 a été exécuté de manière particulièrement chaotique. En effet, cette année-là, la Commission et le Conseil ont réussi à mettre en réserve et reporter 1 milliard d'excédents. Des excédents ! Un grand bravo peut-être ? Sûrement pas. Car dans le même temps, l'UE avait accumulé… 20 milliards d'impayés. N’importe où ailleurs, on dirait de cette situation qu’il y a une dette de 19 milliards sur le dos de ceux qui attendent qu’on les paye ! On examinait donc le rapport de la députée allemande désormais bien connue des Français depuis qu’elle nous a agressés sur l’antenne de France 2. Son rapport propose de donner quitus à la Commission et à six « agences exécutives ». Une farce. Car la Cour des comptes n'a pas été en mesure de délivrer une déclaration d'assurance positive quant à la légalité et à la régularité des paiements sous-jacents aux comptes ! Une paille ! Et ce n’est pas un fait nouveau. Lisez bien : c’est la vingtième fois consécutive que cette Cour n’est pas parvenue à exercer ce contrôle. N’est-il pas incroyable que de telles méthodes soient mises en œuvre par ceux-là mêmes qui font la leçon à toutes les nations ? J’ai considéré que la légalité comme la régularité de cette exécution budgétaire étaient en cause et j’ai voté contre. Mon vote a le sens suivant : « vous avez le bonjour des Grecs » !

Lire la suite »


avr 15 30

L’Ukraine prépare la guerre

Commentaires fermés

porochenkoLe président ukrainien a été reçu par François Hollande. Le président français aurait pu profiter de cette rencontre pour évoquer avec Porochenko les crimes d'Odessa, toujours impunis, ou encore la nomination de Dimitri Yarosh leader de « Secteur Droit », milice paramilitaire néo-nazie, comme conseiller spécial du chef d’état-major de l’armée ukrainienne. Il n'en a rien été. Et dans la conférence de presse commune à l'issue de l'entrevue, Porochenko déclare même avoir reçu un accueil « chaleureux et amical ».

On apprit au cours de cette conférence que la coopération bilatérale entre la France et l'Ukraine serait « bien engagée ». Porochenko demande ainsi l'aide de la France pour mener à bien les privatisations entamées dans les principaux secteurs de l'économie ukrainienne, citant l'expertise de notre pays dans les domaines du transport et de l'industrie. Bref il propose à la nomenklatura française de prendre sa part au pillage et d’entrer dans le système de l’oligarchie locale.

Et les livraisons d’armes ? Rien à craindre, titre Le Monde hâtivement : « La France ne livrera ni Mistral à la Russie ni armes à l'Ukraine ». Faux. Certes, la livraison du Mistral à la Russie n'est pas à l'ordre du jour. Mais le domaine militaire fait bien partie des secteurs de coopération avec l'Ukraine ! Porochenko l'a rappelé le soir même sur « I Télé ». Il n’y a peut-être pas de stagiaires au « Monde » pour compléter, en regardant la télé, les articles écrits d’avance sur la base des éléments de langage officiels. En fait il y aura donc bien une livraison d'armes. Mais des armes « non létales », prétend François Hollande. Des armes qui ne tuent pas… Pourquoi pas ? Quoi qu'il soit, via la coopération militaire Hollande engage la France dans une nouvelle aventure guerrière.

Lire la suite »


avr 15 28
Mes Questions à la Commission et au Conseil

Les brevets contre l’agriculture paysanne

Commentaires fermés

tomateLe 25 mars dernier, l'Office européen des brevets a autorisé le dépôt de brevet sur un brocoli et une tomate obtenu par un procédé essentiellement biologique sur le modèle traditionnel des croisements. Cette autorisation vaut jurisprudence. Elle permet désormais de déposer un brevet sur toute nouvelle variété obtenue par croisement naturel et se développant seule.

Le progrès génétique sera donc considérablement entravé alors que celui-ci est indispensable à l'agriculture européenne et à la souveraineté alimentaire du continent.

Quelle motivation d'intérêt général peut justifier une telle marchandisation du vivant et des pratiques paysannes ?

Comment une décision aussi importante a-t-elle pu être prise sans l'aval du Parlement européen ?

Quand la Commission entent-elle annuler cette décision qui menace la souveraineté alimentaire du continent ?


avr 15 27

migrantsLa Méditerranée est devenue un cimetière à ciel ouvert. Les naufrages se suivent et se ressemblent. Les migrants se noient par centaines. Face à cela, le premier devoir de toute conscience humaine est de sauver ces gens de la noyade. Je veux dire de nouveau mon raisonnement, quand bien même ne satisfait-il pas la question stupide habituelle : « que proposez-vous de concret pour arrêter ça tout de suite ? », qui revient en fait à s’amnistier de toute pensée et responsabilité, car chacun sait bien qu’une fois monté dans un bateau, le migrant ne peut faire l’objet d’aucune mesure « concrète » pour être convaincu de faire demi-tour « tout de suite ».

Qui sont ces migrants ? Pourquoi ont-ils quitté leur pays ? Voila la première question que tout le monde devrait se poser. Il faut se poser la question des départs avant de s’interroger sur les arrivées qu’elle implique ! Par ses guerres et sa politique commerciale agressive, l’Union européenne est la principale cause de ces migrations. Bien sûr, on passe vite à autre chose. C’est que l’Europe est absolument responsable de ce désastre. Au lieu de pourchasser ces malheureux immigrés, mieux vaudrait stopper le système fou qui les pousse à partir de chez eux. Pourquoi partent-ils ? Pour fuir la guerre, la misère et bientôt le dérèglement climatique. Voyez en Libye. Qui a déclenché cette guerre en Libye ? Les Européens et les États-Unis sous le drapeau de l’OTAN. A l’époque, ils ont détourné la demande de protection des populations menacées par l’aviation de Kadhafi pour lancer une opération militaire de grande ampleur. Ce faisant, ils ont accentué la transformation de la Révolution en guerre civile en Libye, rendu impossible le dialogue politique national. Et ouvert un champ de bataille dans lequel les bandits et les mercenaires des religieux de tous poils s’en donnent à cœur joie.

Lire la suite »



« Articles plus anciens

Blog basé sur Wordpress © 2011 INFO Service - V3 Eur.
Aperçu de site