déc 14 16

Il est avéré que la Roumanie, la Lituanie, et la Pologne ont abrité des prisons « secrètes » de la CIA dans lesquelles la torture est régulièrement pratiquée. La Pologne a même été condamnée en juillet dernier par la Cour européenne des droits de l’homme pour avoir « créé les conditions nécessaires à la mise en œuvre du processus » de torture exercée par des agents nord-américains sur son sol.torture

D'autres États sont aujourd'hui mis en cause : l’Allemagne, Chypre, le Danemark, l’Espagne, la Grèce, l’Irlande, la Suède, l’Autriche, l’Italie, le Royaume-Uni et le Portugal.

La Commission envisage-t-elle de mener une enquête sur ce sujet  ?

La Commission a t-elle conscience qu'en faisant cela ces États violent les critères de Copenhague qui stipulent précisément que, pour être membre de l'UE, les États doivent garantir le respect des droits de l'homme ?

En conséquence, que compte faire la Commission ? Approuver la torture par amitiés pour les États-Unis ? Condamner ces pratiques ? Saisir le Conseil ? Ou bien rien du tout et continuer les discours creux sur les droits de l'homme ?


déc 14 13
Mes questions à la Commission et au Conseil

La Commission accepte t-elle les candidats de Gauche ?

Commentaires fermés

Alors que des élections présidentielles en Grèce ont été avancée au 17 décembre, la Commission européenne a indiqué qu’elle avait un candidat favori : Stavros Dimas, ancien commissaire européen.
drapeaux grec
En effet, Jean-Claude Juncker s’est permis de menacer ouvertement les parlementaires grecs en déclarant lors d'un débat télévisé que « les Grecs savent très bien ce qu’un mauvais résultat des élections signifieraient sur la Grèce et la zone euro » ! Puis il a conclu avec une arrogance de caste insupportable qu'il préférerait que « des visages connus soient élus », en référence à Stavros Dimas.

Sous cette forme, peut-on penser que la Commission préférait supprimer les élections et nommer directement les représentants des États européens ?

La Commission n’a aucun mandat permettant a son président d’exprimer une option politique préférentielle dans une élection parlementaire nationale ! Le président Junker le sait bien. Compte–t-il exprimer ses regrets et présenter des excuses au peuple grec ?

 

 


déc 14 08
Mes questions à la Commission et au Conseil

Ukraine : aide financière sous conditions

Commentaires fermés

ukraineL'UE vient de verser, via son commissaire aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, 500 millions d'aide à l'Ukraine. "L'Europe tient ses promesses de solidarité vis-à-vis de l'Ukraine. En retour, il est vital que le pays maintienne le rythme des réformes pour créer un environnement prospère et durable pour tous les Ukrainiens" a-t-il déclaré.

Cependant ce versement coïncide avec l'annonce du nouveau gouvernement ukrainien qui comprend des ressortissants étrangers, nationalisés en urgence. Leur choix n'est pas anodin :
Le ministère des finances est attribué à Natalia Iaresko, ressortissante américaine qui a fait une partie de sa carrière au ministère des affaires étrangères américain, preuve du choix de l'option anti-russe. Le ministère de l'économie revient à un Lituanien, Aïvaras Arbomavitchous, dirigeant de la filiale kiévienne du fonds d'investissement East Capital. Enfin Sandro Kvitachvili, ancien ministre géorgien de la santé et du travail, prend le ministère de la santé. Avec ces nominations ouvertement anti-russes l'Ukraine abandonne jusqu'aux apparences de la souveraineté pour nommer directement les représentants de l'Otan et de l'UE.

S'agit-il par ce prêt de récompenser la conformité de l'Ukraine aux injonctions de la Commission ?


déc 14 04

Le 25 novembre 2014, alors que le pape était invité par le socialiste Martin Schulz à s'exprimer devant le Parlement européen, j'organisais au même endroit une initiative pour la laïcité en Europe. Voici les interventions des participants :
- Introduction : 10 ans de lutte pour la laïcité dans les institutions européennes, par Véronique de Keyser
- Le pape François : la face politique cachée d'une icône médiadique, par Hadrien Toucel
- Relations UE / Religions : état des lieux d'une laïcité introuvable, par Marcel Conradt
- L'offensive politique de l'Église en Espagne, par Marina Albiol
- Promouvoir la laïcité en Europe, par Pierre Galand
- Conclusion, par Jean-Luc Mélenchon

 

Introduction : 10 ans de lutte pour la laïcité dans les institutions européennes
Véronique de Keyser,
ancienne députée européenne (2001-2014), conseillère communale de Liège (PS, Belgique)

Cette vidéo a été consultée 1 057 fois

Lire la suite »



« Articles plus anciens

Blog basé sur Wordpress © 2011 INFO Service - V3 Eur.
Aperçu de site