juin 16 29

ceta stopJean-Claude Juncker veut imposer l'accord de libre-échange entre l'UE et le Canada par la force, en contournant les parlements nationaux.

D'ici le 5 juillet la Commission européenne et le Conseil doivent se prononcer définitivement sur le statut de l'accord UE-Canada (CETA). Il s'agit de déterminer si cet accord sera considéré comme mixte (c'est à dire relevant de compétence de l'Union mais aussi de chaque pays) ou non-mixte (c'est à dire de la compétence exclusive de l'Union). L'adoption de ce statut n'est pas pas sans conséquences ! En effet un accord réputé non-mixte se passe de l'avis des parlement nationaux, et même de l'unanimité des états membres au conseil pour être adopté.

Hier, à l'occasion du sommet européen, M. Juncker a déclaré que la Commission considérait qu'il s'agissait bien d'un accord « non-mixte ». Ce jargon veut dire que les parlements nationaux n'auraient pas à voter sur cet accord ! Il s'agit pour lui d'accélérer la conclusion de cet accord en évitant soigneusement d'impliquer les populations concernées. Quelques jours après le référendum au Royaume-Uni ! C'est une preuve incroyable de l'obstination anti-démocratique de l'UE qui est à l'origine du rejet dont elle fait l'objet.

Lire la suite »


juin 16 29
Communiqué de presse

Glyphosate : La Commission donne raison au lobby agro-chimique

Commentaires fermés

glyphosateHier, alors qu'en Europe toute l'attention était portée sur les conséquences du Brexit, la Commission a choisi, en catimini, au Luxembourg, de prolonger de 18 mois l’autorisation du glyphosate. 

Sans cette prolongation, à compter du 30 juin, le glyphosate n'était plus autorisé au sein de l'UE, avec tout de même un délai de 6 mois laissé aux industriels pour retirer cette substance du marché. Et malgré les avis scientifiques sur le caractère cancérigène du glyphosate, l'opposition de certains états membres, dont la France, et les inquiétudes des ONG, la Commission a choisi, en lien avec les lobbies, d'autoriser l'empoisonnement des peuples européens pour encore au moins 2 ans.

La France peut agir. Elle peut l'interdire sur son sol. Le gouvernement français doit donc désormais déclencher la clause de sauvegarde nationale. Qui, en vertu de l'article 36 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, permet aux États membres de porter atteinte à la libre circulation des marchandises pour des raisons de « protection de la santé et de la vie des personnes et des animaux ou de préservation des végétaux ».


juin 16 29

brexitCette semaine il y avait une session extraordinaire au Parlement européen avec comme unique sujet de discussion le résultat du referendum britannique. Comme toujours une résolution commune et donc inepte (à consulter ici ) avait été négociée entre les « grands » groupe libéraux de ce Parlement (PPE, Vert, S&D, ALDE)

J'ai voté contre cette résolution
Voici mon explication de vote

Cette résolution commune des verts, sociaux-démocrates et libéraux en réponse au résultat historique du referendum britannique s'apparente plus à un acte notarié qu'a un document politique à la hauteur des circonstances. Le peuple britannique vient d'exprimer son rejet de l'Union européenne. Il annonce ainsi le début de la fin de l'Union actuelle. Ce texte ne cherche pas un seul moment à expliquer les raisons de ce vote. Il n'apporte donc aucun éléments d'auto-critique sur le fonctionnement de l'UE. Pire : quand il annonce qu'il est « nécessaire de réformer l'Union » c'est pour nous promettre d'exploiter « pleinement les potentialités du traité de Lisbonne » via « des  adaptations possibles de la structure institutionnelle actuelle de l'Union européenne ». Encore une fois la machine institutionnelle restera sourde aux aspirations des peuples, comme lors des référendums en France, aux Pays-bas, en Grèce qui démontrent pourtant l'échec de l'Europe sous direction du gouvernement allemand. Je vote contre

Lire la suite »


juin 16 28

endocrinienDepuis plus de vingt-cinq ans, de nombreuses études démontrent les effets nocifs des produits chimiques capables d’interférer avec le système hormonal (endocrinien) des êtres vivants, il s'agit des perturbateurs endocriniens. Ces substances sont présentes dans de nombreux objets de consommation : plastiques, cosmétiques, peintures… Et elles sont soupçonnés par la communauté scientifique de contribuer à l’augmentation de nombreuses maladies : infertilité, cancers, diabète, obésité, problèmes neurologiques, trouble du développement du cerveau…

L'Organisation Mondiale de la santé (OMS), a proposé en 2002, de définir ces perturbateurs comme des «  substances chimiques d'origine naturelle ou artificielle étrangères à l'organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets délétères sur cet organisme ou sur ses descendants ». L'UE devait à son tour adopter une définition de ces substances, notamment afin de rendre opérationnel le règlement « Pesticides » adopté en 2009 qui prévoit l'interdiction des perturbateurs endocriniens. Mais après plus de 2 ans de retard, la définition retenue par la Commission apporte des modifications à la définition internationale. Un perturbateur endocrinien serait « Une substance qui a des effets indésirables sur la santé humaine et qui agit sur le système hormonal, et dont le lien entre les deux est prouvé ».

Lire la suite »


juin 16 24
Communiqué de presse

Glyphosate: Tout pouvoir à la Commission

Commentaires fermés

monsantoUn énième vote avait lieu aujourd'hui, à Bruxelles, sur la décision de renouvellement de l'autorisation du glyphosate.

Encore une fois il a été impossible de réunir une majorité qualifiée sur l'avenir de ce dangereux pesticide. Ainsi, après plusieurs réunions infructueuses les états, en vertu des règles de fonctionnement de l'UE, abandonnent leur décision à la Commission qui tranchera, seule, mercredi prochain.

Et au vu de sa position durant tout le débat sur cette substance toxique et des excellentes relations qu'elle entretien avec le lobby agro-chimique nous pouvons parier qu'elle l'autorisera à nouveau, pour 8, 10 ou 15 ans d'empoisonnement généralisé.

La Commission doit écouter la voix de l'intérêt général et interdire le glyphosate !



« Articles plus anciens

Blog basé sur Wordpress © 2011-2015 INFO Service - V3.1 Eur.