De quoi parle-t-on ?

Frontex

Exporter ce billet au format pdf

Frontex désigne l’ « Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l'Union européenne ». Créée en 2004 et opérationnelle depuis 2005. Son rôle est de lutter contre l’immigration clandestine. Elle dispose pour cela d’un budget annuel de pas moins de 80 millions d’euros. Son action se combine avec l’externalisation de la gestion des flux migratoires imposée par l’UE aux pays du Sud dans le cadre de sa politique de voisinage et dans les accords d’association qu’elle signe avec certains d’entre eux.

Frontex dispose des moyens suivants :

- Des équipes « mixtes » (composées de polices de plusieurs Etats membres) sont déployées en permanence aux frontières de l’UE.

- Environ 20 avions, 30 hélicoptères, 100 vedettes, et d’autres équipements techniques ont été mis volontairement à disposition de Frontex par les Etats membres.

- Une équipe d'intervention de 500 à 600 garde-frontières des Etats membres, formés par Frontex, est immédiatement mise à disposition des Etats membres en cas de tentative importante de migration illégale.

- 3,2 millions d'euros ont été débloqués en 2006 pour un plan d’action et une « patrouille européenne contre l'immigration clandestine ». Sa mission spécifique de traquer en permanence les migrants clandestins d'origines subsahariennes.

De 2006 à la fin 2009, Frontex a organisé 61 vols de retour pour 2 859 migrants clandestins.

2 commentaires à “Frontex”

  1. 1
    Gérard Rosset dit:

    J'apprécie cette description précise de Frontex.
    Ma question est de savoir si la contribution de la France à cette police est comptabilisée dans l'APD (Aide Publique au Développement).
    Merci d'avance.

  2. 2
    AB dit:

    Bonsoir,

    La réponse est négative. Il s'agit de deux politiques tout à fait distinctes.

    1. L'Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des Etats membres de l'Union européenne (Frontex), dont le rôle est de lutter contre l'immigration clandestine, est financée principalement par le budget de l'Union européenne (83 millions d'euros, soit 94,9% de son budget annuel) et marginalement par des contributions d'Etats partenaires (1,8 million de la Norvège, 1 million de la Suisse, pour exemples). La contribution française à Frontex est solidaire de la contribution de l'Union européenne : on ne peut la distinguer.

    Le schéma est le suivant : la France contribue chaque année au budget européen par le biais du "prélèvement sur recettes" d'environ 18 milliards d'euros. Chaque Etat membre fait de même (avec des montants différents). L'ensemble (140 milliards) est ensuite alloué aux différentes dépenses de l'Union. On peut ainsi dire que la contribution française à "Frontex" passe par le "prélèvement sur recettes".

    2. L'aide publique au développement désigne, quant à elle, les ressources publiques (dons ou prêts) fournies aux pays en développement. Il s'agit d'une tout autre politique qui vise au développement économique et à l'amélioration des conditions de vie dans les pays dits "en développement", au premier rang desquels des pays d'Afrique subsaharienne. L'aide publique française au développement atteignait 9 milliards en 2010. 20% passait par le canal européen. Mais cela ne concerne en rien la coopération opérationnelle aux frontières extérieurs (frontex).

    3. La France contribue à Frontex (gestion des frontières) par le biais de l'argent versé à l'Union européenne.
    La France mène une politique d'aide au développement (développement des pays pauvres) :
    - à 60% sans rapport avec l'Union européenne
    - à 20% en rapport avec l'Union européenne, mais sans rapport avec Frontex.
    - à 20% dans le cadre international hors Union européenne

    J'espère vous avoir éclairé.


Blog basé sur Wordpress © 2011-2015 INFO Service - V3.1 Eur.